Le 30 décembre 2019 à 17h30, le Port Autonome de Douala a notifié à DIT que
l’ensemble de ses actifs feraient l’objet d’une réquisition pour une durée d’un an à
compter du 31 décembre 2019, quelques jours après avoir déjà notifié les
employés de DIT qu’ils feraient eux aussi l’objet d’une réquisition à titre
personnel.
Le recours à cette procédure est illégal dans la mesure où la réquisition n’est pas
un pouvoir ouvert au PAD. Seules les administrations civiles ou militaires peuvent
y recourir. L’administration qui y recourt doit y être autorisée par décret ce qui
n’est pas le cas en l’espèce. Enfin, la réquisition par cette administration n’est
possible que dans des situations très spécifiques de sécurité nationale, de
catastrophe naturelle ou de très grave accident.
DIT va donc saisir les instances judiciaires et administratives camerounaises afin
de contester cette tentative de spoliation.
Ainsi, après avoir commis des irrégularités lourdes dans la procédure d’appel
d’offre pour la concession du terminal a conteneurs de Douala, irrégularités
sanctionnées par le tribunal administratif de Douala qui a annulé définitivement
l’appel d’offre, le DG du PAD a décidé de reprendre la gestion du Terminal en
régie, là encore de manière illégale puisque le recours à la régie n’est
envisageable que dans le cadre d’un appel d’offre infructueux – ce qui n’est pas le
cas puisque celui-ci a été annulé par le Tribunal – et doit être préalablement
autorisé par le Comité Consultatif d’Orientation.
Enfin, le recours à la réquisition des moyens et ressources de DIT afin de
permettre à la régie d’assurer la continuité des opérations du terminal montre le
degré d’impréparation du PAD, et de son dirigeant qui défie ouvertement les lois
de la République du Cameroun depuis qu’il est en charge de ce dossier.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here