D’un ton ferme, la Ligue Camerounaise des consommateurs n’est pas allée du dos de la cuillère pour fustiger  avec la dernière énergie, ce qu’elle qualifie de « violation de la loi ».

Selon Delor Magellan Kamseu Kamgaing, le Président :« Le Ministère de la santé publique est en train de s’illustrer par des actes illégaux, hors la loi que nous dénonçons avec la dernière énergie ». Le Président de la Ligue Camerounaise des consommateurs explique que : « Une note de service signée le 27 novembre 2019 par le Ministre de la santé publique dit qu’ils vont effectuer les descentes dans les supermarchés, et hyper marchés situés dans les arrondissements de Yaoundé 1 à  7 et les arrondissements de Douala 1 à 5 du 25 novembre au 7 décembre 2019 aux fins de recherche, de constatation et de poursuites en répression des infractions commises en matière de controle des denrées alimentaires et infections sanitaires ». La LCC pense que c’est « très grave, parce que le Ministère de la santé publique n’a pas qualité pour aller dans les marchés, hypermarchés et supermarchés pour la constatation».

La Ligue Camerounaise des consommateurs rappelle que :« la répression des infractions en matière des denrées alimentaires n’est pas de la compétence du Minsanté. La qualité des denrées alimentaires découle des normes et ce n’est pas le ministère de la santé publique qui élabore les normes.

D’après le décret du 17 septembre 2009 et la révision de ce décret le 19 mars 2019, c’est plutot de la compétence de l’Agence des Normes et de la Qualité qui a le pouvoir, Missions et attributions d’aller effectuer les controles du respect de la norme.

Tout en s’interrogeant sur les motivations réelles du Minsanté ,Delor Magellan Kamseu Kamgaing est allé plus loin dans sa dénonciation de l’acte du Ministre de la santé publique : « Dans cette meme note de service, nous sommes surpris de voir que le ministre a meme prévu les représentants d’associations des consommateurs. Ce qui n’est pas du tout légal parce que les missions des organisations de protection des droits des consommateurs, notamment encadrées par la loi cadre n°2011/012 du 6 mai 2011 portant protection des consommateurs au Cameroun, s’arretent à la sensibilisation, l’education du consommateur et non au controle. Le controle ne relève pas des missions des associations des consommateurs. Comment un ministre de la République peut violer cette loi , en instruisant ses collaborateurs de partir sur le terrain avec les représentants des consommateurs dans leur délégation pour controler la qualité des produits ?»

En attendant la sortie du Ministre de la santé publique, Delor Magellan Kamseu Kamgaing attire l’attention du Ministre Manaouda Malachie sur le fait que là , « il est dans l’illégalité totale parce que cette mission revient à  l’Anor». La Ligue Camerounaise des Consommateurs demande au Ministre camerounais de la Santé Publique de revenir à  ses missions et que l’Anor puisse prendre ses prérogatives./.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here