Le rapport fait écho aux préoccupations exprimées par la société civile congolaise depuis des années. En septembre 2018, à l’initiative de l’Association africaine de Défense des Droits de l’Homme (ASADHO) et la Coalition des organisations de la société civile pour le suivi des réformes et l’Action Publique (CORAP), 45 ONG locales ont dénoncé le “manque total de transparence” d’un projet qui produirait de l’électricité principalement pour l’Afrique du Sud et au bénéfice de l’industrie minière de la RDC.

En août 2018, une pétition émanant de la population locale a rencontré une fin de non recevoir de la part des autorités de la RDC. Depuis 2014, les riverains d’Inga dénoncent une absence totale de consentement libre, informé et préalable — et même de la consultation la plus élémentaire.

« A quoi ca sert de briser un écosystème comme celui du fleuve Congo juste pour produire de l’électricité pour l’export, pour des sociétés minières et au bénéfice des élites locales ? Chers politiciens: gardons nos ressources pour le peuple congolais. Les ressources naturelles du Congo appartiennent à ses habitants – pas aux multinationales », à déclaré Raoul Monsembula, coordonnateur Greenpeace pour Afrique centrale. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here