Avec AA / Abidjan / Fulbert Yao


Le ministre ivoirien de la Défense, Hamed Bakayoko a procédé à l’ouverture de l’Ecole de guerre de Côte d’Ivoire, sise à l’École des forces armées (EFA) de Zambakro, près de Yamoussoukro (centre, capitale politique).

L’inauguration a eu lieu jeudi, en présence du chef d’état-major des armées ivoiriennes, Lassina Doumbia, ainsi que d’autres personnalités nationales.

Cette Ecole de Guerre a, entre autres, pour objectif de « former des chefs militaires capables d’exercer d’emblée des responsabilités de haut niveau avec une vision prospective solide sur l’Afrique », indique la fiche technique de l’école dont Anadolu a reçu copie.

“Ses enjeux sécuritaires et sur le monde consistent à former des interlocuteurs politico-militaires crédibles, véritables forces de proposition auprès des autorités politiques et du haut commandement militaire”, peut également lire sur le document.

La formation est dispensée par des formateurs ivoiriens et français. La première promotion est composée de 15 stagiaires, dont 2 Béninois, 1 Camerounais, 1 Sud-Africain et 11 Ivoiriens.

Selon le chef d’état-major des armées ivoiriennes, le général de division Lassina Doumbia, qui s’est exprimé à la cérémonie d’ouverture, «après leur passage aux études supérieures de Défense, les officiers seront à même d’exercer dans des états-majors de l’armée ou interarmées, et dans des états-majors multinationaux »,

Il a précisé, en outre, que l’Ecole jouit du soutien budgétaire de la Fondation allemande Konrad Adenauer, permettant de bénéficier de l’intervention des plus éminents experts internationaux dans les différentes thématiques qui seront abordées au cours des formations.

La Côte d’Ivoire devient ainsi l’un des rares pays africains à disposer d’une école de guerre.

Une académie internationale de lutte contre le terrorisme, est également en construction dans la station balnéaire de Jacqueville (sud ivoirien) et sera livrée fin 2019.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here