Nous au FDC avons suivi avec attention et intérêt l’allocution du Chef de l’Etat de ce mardi 10 Septembre 2019. Il était vraiment temps qu’il sorte de ses silences pesants pour se prononcer enfin sur les questions graves qui engagent la vie de la Nation en ces moments extrêmement critiques de son histoire. Pour une fois, le Président Paul Biya a essayé de toucher certaines problématiques qui engagent de façon vitale l’avenir des Camerounais de l’intérieur et de la Diaspora dont on connaît l’état d’esprit actuel. Il est parti de la crise anglophone qui s’est en partie enlisée à cause de son absence et de ses silences pour ouvrir les brèches sur d’autres questions d’ordre essentiellement social et politique qui taraudent nos esprits. En substance, nous retenons enfin l’offre de Diaologue National que FDC demande et exige depuis si longtemps. Nous regrettons le fait que le Président ait refusé une amnistie générale des prisonniers politiques et notamment ceux de la crise anglophone. Il a indiqué quelques pistes qui permettent aux acteurs politiques et sociaux de se positionner et contribuer positivement à enrichir ce Dialogue National qui permettra sans doute de sortir notre pays de l’ornière actuelle. Cela ne peut plus être la seule affaire du RDPC et de ses satellites. Tant mieux que le Président de la République ait compris cette urgence de l’ouverture aux autres forces vives de la Nation. Au FDC, nous avons pris acte de cette offre et nous travaillerons à apporter toute la contribution de cette force de la Jeunesse que notre parti représente sur l’échiquier politique national. Nous espérons seulement au FDC que ce Dialogue National sera ouvert, vrai, franc et dénué de pièges habituels.  Les souvenirs qui nous reviennent de la Rencontre Tripartite de 1991 nous obligent à être prudents sur la conduite de ce grand rendez-vous et de ce qui adviendra des décisions ou résolutions qui vont en découler. En tout état de cause et en tant qu’acteur de cette rencontre qui s’annonce, le FDC affûte déjà ses arguments pour contribuer à ce qu’elle solde par des solutions pertinentes pour sortir le Cameroun de ces crises qui ont tant fait souffrir nos compatriotes et la Jeunesse en particulier.  Nous  sommes contre un dialogue national avec un format taillé sur mesure.  Aux thèmes  qui seront débattus à ses assises, nous suggérons d’avance l’ajout du débat sur la Constitution et le Code électoral. 
Emilien Denis Atangana.

Président National du FDC.

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here