Au Pays du Président Paul Biya,on a coutume à dire que :« si on t’explique le Cameroun et que tu comprends, ce qu’on t’a mal expliqué ».Cet adage trouve son pesant d’or dans la région du Sud. Notamment sur les grands projets de développement de cette région. En effet, au lendemain du Comice Agropastoral d’Ebolowa en 2011, le Chef de l’Etat Paul Biya dans sa politique d’industrialisation du Cameroun, avait pris l’engagement de doter à sa région natale, des infrastructures et sociétés de développement agricole afin de sortir la région du Sud, des carcans de la misère industrielle, ordonnant ainsi au gouvernement la création de la Société de transformation industrielle de manioc à Sangmelima (SOTRAMAS) et  une usine de montage des tracteurs agricoles à Ebolowa, chef-lieu de la région du Sud.  Si la construction de ce dernier a pris corps dans le site d’Akak-Essatolo, la  SOTRAMAS qu’en t’a elle est restée un gros éléphant blanc à Sangmelima pourtant créée bien avant.

D’après certaines indiscrétions, “la mort de la SOTRAMAS est due aux luttes intestines entre les élites du Dja et Lobo notamment entre le maire André noël Essiane et le gouvernement au sujet de la direction générale de cette entreprise”. L’on nous apprend qu’en 2014, alors que le gouvernement vient de nommer monsieur Timoleon Zo’o nyaba comme directeur général de la SOTRAMAS, le “très puissant” maire de Sangmelima estimant selon certaines sources , que:” le droit lui revient de désigner un DG parce qu’ayant la majorité des actions, tient un conseil d’administration au cours duquel, il limoge l’actuel directeur général et nomme Ferdinand Ella Ella à la tête de l’entreprise”. « la SOTRAMAS est une société anonyme dont les actionnaires sont les démembrements de l’Etat principalement la mairie de Sangmelima qui dispose de 60% des parts et la chambre de commerce, de l’industrie des mines et de l’artisanat (CCIMA) qui dispose de 40%  de parts dans cette société » nous informe monsieur Norbert Obame. Le 23 janvier 2015, le maire de Sangmelima, PCA de la SOTRAMASconstant que sa décision de nommer M. Ella Ella comme DG de la  n’est pas bien reçue du côté de la primature et auprès des autres actionnaires,il convoque une session extraordinaire du conseil d’administration à l’issu de celui-ci, un communiqué signé du PCA invitant le nouveau DG à prendre immédiatement fonction et à prendre toutes les dispositions nécessaires pour le démarrage des activités de la SOTRAMAS en collaboration avec tous les départements ministériels partenaires. «  C’est ainsi que va naitre une bataille autour du démarrage des activités de la SOTRAMAS entre le premier ministère et la mairie de Sangmelima » précise Norbert Obam. Soulignons que 2,5 milliards ont été déboursés par l’UTSAM-EXIM bank of China, pour  l’installation et l’achat des machines de cette usine restée morte dans la broussaille du quartier Ngoulmegong à Sangmelima.

Un autre éléphant blanc pas les moindre.

 L’usine d’assemblage des tracteurs d’Ebolowa. Une promesse du chef de l’Etat lors du Comice Agropastoral de 2011. L’infrastructure est aujourd’hui à l’image de la SOTRAMAS.

Construite à hauteur de 18 milliards de FCFA sur une superficie de 10 hectares avec une capacité d’accueil de 1000 tracteurs dans l’ensemble. L’état actuel de cette importante usine donne froid auxyeux. L’infrastructure est en état d’abandon par les autorités de la ville. La grande broussaille qui entoure l’édifice démontre qu’il n’existe pas encore une équipe dirigeante pour mener à bien les activités de cette entreprise publique pourtant le ministère de l’économie et de la planification du territoire avait déjà procédé en 2015 à la rétrocession  de cette usine au ministère de tutelle. Pour couronner le tout la toiture du grand hangar abritant la majeure partie des tracteurs est actuellement dévasté par les intempéries naturelles. Une situation qui n’inquiète pas les autorités ou les élites de la ville mais donne les sueurs froides aux populations de la ville qui rêvent voir leur région se développée comme les autres parties du pays.« Depuis que la construction de l’usine est terminée nous avons pensé il y’a plus eu aucun signe d’une autorité de la ville ici. Nous ne connaissons même pas comment l’usine se gère. Personne ne pense même à venir expliquer aux populations ce qui se passe, aujourd’hui l’usine est abandonnée pourtant elle doit être un levier de développement pour la région du Sud »indique Clément Noah  habitant de la ville d’Ebolowa. Nous apprenons des sources crédibles que c’est du ressort  de la communauté urbaine d’Ebolowa d’assurer l’entretien autour de cet édifice. « Il  est né entre la communauté urbaine et la mairie d’Ebolowa 1er une sorte de bataille on se souvient que lors des préparatifs du comice agropastoral d’Ebolowa la communauté urbaine s’était accaparée de tous les projets délaissant ainsi la mairie d’Ebolowa 1er alors le site du comice est situé dans sa circonscription administrative, une situation qui n’a pas encouragé l’exécutif municipal à poursuivre son œuvre de collaboration » explique leJoël Emmanuel Bitoumou maire d’Ebolowa 1er.« C’est un grand regret pour nous de voir notre usine tomber en désuétude. Pourtant un important projet que le Chef de l’Etat bien donné à ces compatriotes du Sud pour développer cette région » ajoute monsieur le maire.

Du côté de la délégation régionale du MINADER, aucune explication n’est donnée à ce sujet, tous les yeux sont tournés vers Yaoundé le siège des décisions de la république.

Au, le Sud est l’une des régions du pays disposant encore des terres cultivable. Ici, la plupart des ménages sont essentiellement agricole mais la région reste toujours à la traine du développement pourtant l’agriculture devrai être le souffle d’émergence pour cette partie du pays malheureusement cela n’en ait pas le cas malgré les multiples efforts du Chef de l’Etat de voir émerger sa région natale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here