Le Chef de l’Etat vient de prolonger votre mandat quel est votre analyse ?

Une satisfaction, personnellement je remercie le chef de l’Etat. Vous savez à la fin d’un mandat, il y’a toujours les petits regrets, les manquements. Alors lorsque le chef de l’Etat proroger un mandat comme celui – ci, on ne peut être fier. Cette prorogation va nous permettre de terminer les nombreux projets que nous avons entamés depuis le début de cette année dans notre mairie à savoir : cinq puits que nous devons offrir à notre population dans les différents villages de notre circonscription. Cette prorogation me permet également de terminer ces cinq (05)  puits. Au moment que je vous parle, trois de ces cinq puits sont en phase terminale .Je pense que dans deux mois je vais finir ces cinq puits. Dans le bâtiment ou nous sommes entrain de réaliser cette interview, il y’a une suite, il y’a une barrière que nous préparons et le dehors doit être couvert de pavé et nous avons fini les démarche avec le FEICOM. C’est pour vous dire que  je partirais de cette mairie laissant un bâtiment flambant neuf, beau à voir. Je partirais laissant que les populations qui ne rêvaient avoir de ces puits, les aurons grâce à cette prorogation. Donc je remercie une fois de plus le chef de l’Etat.

Quel a été le cout et la durée des travaux ?

Disons que ce bâtiment est dans les 400 à 500 millions de franc CFA. Au départ nous avons réuni 300 millions pour le démarrage des travaux à plus de 60% du taux de réalisation, mais il y’a eu des choses qu’il fallait ajouter à ce bâtiment pour qu’il soit exemplaire et moderne. L’édifice que vous voyez là à un souterrain qui n’est pas connu de tout le monde, il y’a les bureaux et beaucoup d’autres choses ont été ajoutées. Vous voyez mon bureau est en lambris au départ s’était du contre-plaqué. Il y’a vraiment  de choses qui se sont ajoutées ce qui fait que le cout estimatif des travaux ne soit le même. Nous pouvons dire que c’est un bâtiment complet et qui fait que le cout des travaux soit vraiment de 500 millions de franc CFA pour la joie des populations de la mairie d’Ebolowa 1er qui en avaient besoin.

Comment avez –vous obtenu les fonds pour construire un tel bâtiment pour votre mairie ?

Disons pour les fonds, c’est un crédit du FEICOM .aujourd’hui lorsqu’on nous paye les CAC on prélève 3 millions de franc CFA tous les trois mois par rapport à  ce bâtiment.

Apres la construction de ce bâtiment d’autres projets sont néanmoins en vue ?

Evidement  d’autres projets sont en vue mais la nécessité après  ce bâtiment est de poursuivre notre œuvre qui est d’offrir de l’eau potable à nos populations. Comme vous le savez Ebolowa 1er à 49 villages et nous sommes à la 97eme  réalisation au niveau des forages pour nos population. Au fur et à mesure que nous offrons un forage dans un village, nous nous rendons compte à l’immédiat que ce village mérite deux à trois forages ; mais néanmoins dans les 49 villages chaque regroupement bénéficie actuellement au moins d’un forage .l’objectif vise aussi à desservir les villages qui ont beaucoup plus de population par rapport aux autres. De plus nous allons activer aussi toutes action pour l’agriculture, vous savez, nous sommes des  agriculteurs dans la région du Sud sans compter la pisciculture et l’élevage. Dans les jours avenir je compte étaler l’élevage du poulet et l’élevage du porc dans nos différents  villages. J’ai delà un exemple de tampon dans la ville, j’ai mis sur pied une structure qui produit 2000 poulets par mois et dans notre porcherie on a près de 100 porcs actuellement. Ceci sera la structure qui va faire naissance aux autres porcheries ou poulailler que nous comptons installer dans d’autres villages. Nous l’avons déjà fait au niveau de l’agriculture avec le manioc on a environ dix villages qui produisent le manioc sous notre impulsion .on va continuer aussi avec les champs de plantain nous allons nous déterminer et le travail ne fait que continuer bien que je sois à ma 13eme année dans cette mairie.

 Etes –vous prêt à aller aux élections municipales si s’était le cas en ce moment ?

Nous  sommes prêts ! Vous savez, moi mon habitude c’est le travail, cela veut dire le jour qu’on m’a mis ici, j’ai pris le train du travail en main avec la même vitesse. Je prends les deux derniers années par exemples, j’ai construit cet hôtel de ville, j’ai estimé qu’il faut approvisionner les villages en eau potable. J’ai mis sur pied 30 forages sur les 97 estimés pour ces deux derniers années ; j’ai construit deux centre de Santé ; il y’a d’autres réalisation que nous n’allons pas évoquer. Ce qui fait qu’aujourd’hui en matière de municipalité le maire n’ignore quand il travaille. Je prends seulement le petit exercice que la radio RCDM fait chaque année pour primer le meilleur maire de la Mvila. A cinq reprise j’étais toujours élus le meilleur maire de la ville, les autres maires ont même revendiqué, c’est la raison pour laquelle on a demandé à Mgr Jean MBARGA d’être président de la commission malheureusement quand les résultats sont sorti c’était toujours moi. Au niveau national, j’ai toujours été premier.

Et si l’on vous nommé délégué du gouvernement au regard de l’avis des populations d’Ebolowa ?

Mon sentiment n’est pas celui des populations quoi expriment ce besoin, je me dis que le poste que j’occupe actuellement est le meilleur c’est –à dire un élus du peuple. Cependant c’est une nomination, elle est discrétionnaire.  Le chef de l’Etat sait comment et pourquoi il nomme une personne  mais les populations pensent beaucoup aux critères du travail, mais nul ne connait les critères de nomination du chef de l’Etat. Ce pendant si cela se présente je n’hésiterai pas pour le moment je me préfère  ou je suis.

Comment magnifiez- vous le vivre ensemble dans votre circonscription ?

C’est d’abord regrettable que les fils  d’une même nation  puissent se comporter de la sorte  je fais allusion à la crise anglophone et au discours tribal observé dans les réseaux sociaux. Néanmoins le vivre ensemble est effectif ici à Ebolowa 1er, d’ailleurs on a le sous-préfet qui est un anglophone ; le chef de poste forestier aussi  et une forte communauté anglophone présente dans la région. Je peux même  vous dire que ma propre maman est anglophone de MAMFE. Pour cette rentrée scolaire nous comptons accueillir nos enfants venus du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. D’ailleurs je compte construire une salle de classe supplémentaire au lycée bilingue d’Ebolowa  pour faciliter l’accès à l’éducation pour ces enfants .j’en ai parlé au proviseur de cet établissement scolaire.

Entretien réalisé par ALEXI NYANGON

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here