Dr Clément Petsoko, plusieurs personnes continuent à souffrir de surpoids à travers le monde. Y-t-il de nouvelles formules pour juguler le phénomène de surpoids ?

Merci de me donner la parole pour éclairer l’opinion sur ce projet qui est une nouvelle aventure qui va aidé tous ceux qui, de part le monde, désirent combattre l’obésité avec fermeté et détermination. Nous avons décidé de mettre sur pieds, des nouvelles formules pour juguler le phénomène de surpoids. Il y a quelques années dans la même lancée, nous avons créé notre usine de thé amincissant  au Cameroun et au Mali. Nous avons mis sur pieds quatre variétés de thé qui parfois, pouvaient aider de diminuer les surcharges pondérales, les problèmes de graisses rebelles, les graisses localisées au niveau du ventre, et nous avons trouvé un thé qui donne satisfaction à pas mal de personnes. En plus donc des thés minceurs qui accompagnent la boisson amincissante 3Z/H, nous continuons à contribuer de manière efficace et naturelle à la lutte contre l’obésité.

Avez-vous  constaté aussi que malgré  l’efficacité du thé, de la boisson 3Z/H, il y avait encore une catégorie de citoyens obèses de par leur profession, de par leur caractère paresseux, qui souhaitaient plutôt avoir d’autres méthodes plus rapides de perte poids ?

Bien évidemment ! Cela nous a amené à mettre sur pieds des instituts de Lipocavitation que nous avons appelé Centre International du Bien-être. Ces instituts de Lipocavitation permettent à ces personnes là de laisser leurs bureaux pour avoir recours à une séance de lipocavitation  qui permet donc  de faire fondre immédiatement, instantanément les graisses. Nous avons mis sur pieds des Centres de Lipocavitation à Yaoundé, Douala et nous pensons implanter un Centre de lipocavitation dans la ville de Londres en Angleterre ; tout cela pour que chaque personne obèse puisse trouver un moyen de perdre du poids en fonction de sa profession, en fonction de son histoire…

C’est quoi la « 3Z/H puissance 4 Fat burning bit » ?

Lors d’une conférence en Chine sur l’obésité dans le Monde, je présentais mon dernier ouvrage qu’on devait traduire en langue chinoise, pour apporter ma propre contribution livresque à cette lutte contre l’obésité, et à la fin de la présentation de mon ouvrage, certains spécialistes chinois m’ont demandé quelle est exactement la contribution de l’Afrique dans la lutte contre l’obésité ? J’étais le seul africain dans la salle. Je leur ai parlé de la méthode amincissante 3Z/H, ils ont dit ces plantes là, il est possible qu’on les retrouve en Chine. Donc, ce n’était pas une contribution africaine. Je voulais parler de thé, ils ont dit les mêmes plantes, on peut les cultiver un peu partout à travers le monde. Ils m’ont suggéré qu’en tant qu’africain, que je puisse entrer dans nos cultures, nos coutumes pour pouvoir trouver quelque chose qui peut aider le monde à lutter contre l’obésité. Car, l’Africain n’est pas de nature obèse. C’est Justement avec l’industrialisation, l’ouverture de l’africain à travers le monde que, effectivement, nous assistons de plus en plus à l’accroissement de l’obésité en Afrique. L’africain c’est un chasseur, un lutteur, un bagarreur. Dans les années antérieures, lorsqu’on observait la vie traditionnelle, il était difficile de trouver des personnes qui étaient obèses. Je pense que, c’est lorsque l’Africain a changé son mode de vie, sa façon de vivre, sa façon de s’alimenter, lorsque la sédentarité s’est installée, parce que l’africain, c’est celui là qui chassait, qui cultivait, qui était très mobile, ne connaissait pas de problèmes d’obésité. Il était donc question, après l’interrogation des experts Chinois, que je rentre faire des investigations. J’ai trouvé que l’africain peut contribuer de manière forte, de par sa façon de faire, de par sa façon de se mouvoir, à la lutte contre l’obésité dans le monde. Et toutes ces recherches là ont donné naissance à ce que j’ai appelé la « 3Z/H puissance 4 fat burning bit ».

Pourquoi le terme « bit »dans cette dénomination ?

Bit vient de rythme. Tout simplement parce que je me suis rendu compte que : j’ai sélectionné parmi toutes les ethnies, toutes les tributs africaines, cent rythmes, cadencés qui pouvaient, lorsqu’ils sont bien agencés, faire perdre le poids. Alors, j’ai effectué un voyage en pays bassa, et je me suis rendu compte que, les mbombock, les véritables bassas, qui connaissent la dance Assiko, les déhanchements qu’ils font au niveau des reins, au niveau du ventre, peuvent agir exactement comme des draineurs, et faciliter le drainage et la fonte des graisses, et par là, améliorer le métabolisme et faire en sorte que les graisses soient facilement drainées. Chez les bassas authentiques, vous ne verrez jamais des personnes obèses.

Je me suis rapproché des Toupouris. J’ai observé également que, très peu de personnes sont obèses.les personnes qui maitrisaient la danse, qui vivaient en brousse, qui conservait encore tout leur arsenal culturel, j’ai remarqué qu’ils secouaient le bassin, assistaient à la fête du coq…J’ai constaté que ces exercices n’étaient pas loin de ceux effectués dans les salles de sports avec des grosses machines pour perdre des graisses au niveau des cuisses, des reins, et cela avait un effet très positif sur la perte de poids.

J’ai par la suite fait un voyage dans le Sud Cameroun. Chez les Ekang en général, on danse avec la poitrine, on danse avec le ventre, alors ces déhanchements, ces gestes là, ont un effet sur la santé du cœur, ont un effet sur le fonctionnement du foie et ont une bonne incidence sur le fonctionnement des intestins. J’ai constaté également que sur la société traditionnelle fang-béti, très peu de grands danseurs sont obèses.

Je me suis rendu également chez les bamouns, qui également mangent beaucoup de couscous, et ont également une alimentation grasse. J’ai constaté qu’ils ont une façon de danser où, les hommes secouent les reins, les fesses…et j’ai constaté que dans cette société traditionnelle, les femmes avaient un derrière rebondi avec très rarement le ventre. On constatait que les hommes avaient rarement les gros ventres. J’ai également constaté que la plus part des danseurs, n’avaient pas de problèmes d’obésité.

Je suis allé en Afrique du Sud où j’ai visité la tribu des zoulous et j’ai vu leur façon de danser. J’ai également fait une enquête anthropologique et je me suis rendu compte que cette façon de danser leur épargnait d’obésité.

Alors, avec tous ces éléments à ma possession, le Nord Cameroun, les peuples fang-beti, les peuples bassas du Littoral et du Centre, les peuples bamoun de l’Ouest et surtout les peuples zoulous d’Afrique du Sud, j’ai constaté qu’avec les rythmes africains, l’Afrique peut aider le monde à se débarrasser de l’obésité, à stabiliser la masse corporelle, pourvue que cela soit mieux agencé.

Après toutes ces recherches, j’ai rassemblé un certains nombres de spécialistes de sports, de la musique et nous avons mis sur pieds la « 3Z/H puissance 4 fat burning Bit ». C’est-à-dire la contribution de la lutte contre l’obésité avec les rythmes africains dansés d’une certaine manière. Je me suis rendu compte qu’on peut perdre du poids en dansant du Bikutsi. Et on doit apprendre au monde entier à danser du Bikutsi ; on doit perdre du poids en dansant d’une certaine manière. Mais, il faudrait que cela soit étudié. Certaines danses de l’Afrique du Sud peuvent contribuer à lutter contre l’obésité. Il faudrait qu’il y ait un enseignement de ces danses à travers le monde. Pour matérialiser cela donc, nous avons mis sur pieds des vidéos, avec la manière de danser, la manière d’esquisser, la durée d’une séance de travail, les résultats sont extraordinaires. C’est pour cela que, j’ai commencé par créer à yaoundé, la première académie de sports appelé la « 3z/H NOSSUPUWO Sport Academy ». NOSSUPUWO c’est le nom de mon papa. J’ai décidé de lui faire cet honneur parce qu’il est sportif. Malgré son âge avancé, il réussi à faire quotidiennement  ses dix kilomètres.

L’Académie des sports est désormais là. Qui peut y avoir accès ?                                                                         

Les personnes obèses, les personnes en surpoids ou tout simplement ceux qui veulent garder la forme, éviter d’être obèse, ceux qui veulent protéger la santé du cœur doivent faire du sport dans le réel et non avec les machines. On évacue le stress, on associe certains draineurs que vous pouvez boire et qui pourront  faciliter à drainer ces graisses là. N’oublions pas qu’il est important de boire de l’eau pendant et après le sport. Il était important pour nous de pouvoir associer les draineurs, certaines combinaisons amincissantes pour que la personne sujette à problème d’obésité puisse trouver quelque soit son âge, quelque soit sa profession, quelque soit ses rêves, ses fantasmes, trouver un élément parmi tout ce que nous avons pour perdre du poids. Désormais, on parle de « 3Z/H puissance 4 fat burning Bit » qui sera enseigné partout à travers le monde. Je vais d’ailleurs organiser des voyages à travers le monde dans des salles de gymnastiques pour pouvoir enseigner la nouvelle manière de perdre du poids.

Y aura-t-il des enseignements théoriques et pratiques pour pouvoir bénéficier des résultats attendus ?

Comme toute nouvelle méthode, il faudra qu’on forme des formateurs qui iront à leur tour à travers le monde enseigner les rythmes africains qui font perdre le poids. On a recensé 100 bits africains qui vont aider l’humanité à stabiliser la masse corporelle, à perdre l’excédent de graisse. Il y aura un volet enseignement et un volet bien-être. Les gens viendront seulement s’amuser, déstresser. Nous avions associé d’autres sports. La nouvelle académie des sports  de Yaoundé  va offrir  quatre grands rendez-vous en semaine : les mercredis pour les adolescents qui viennent apprendre la danse et  la musculation. Les vendredis baptisés « After work school Fitness Party », concernent les travailleurs du public et du privé. Ces derniers  bénéficient des exercices spécifiques sous fonds des sonorités anciennes. Les samedis sont consacrés à :« 3z/H puissance 4 Fat Burning Party ».Il s’agit en fait d’une séance  qui se déroule de 6heures à 10heures et de 17heures à 20heures.Ici, des encadreurs sont  issus des milieux de sport de haut niveau  et viennent distiller des connaissances en musculation, relaxation, dégraissage, danse…Les dimanches, la « 3z/H NOSSUPUWO Sport Academy »organise le « Sport d’adoration ».Il s’agit  de danse, Fitness…sous fonds de musique religieuse cadencée. Car, Dieu aime le sport.

Comment vous contacter ?

Nous répondons  aux numéros de téléphone suivants : +237 677 760 119 /+237 694 152 204 ou +237 695 162 921 www.cibe-group.com

 

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here