Les resultats de cette etude revelent une prevalence globale du VIH de 3,3% au sein des Forces de Defense du Cameroun en 2018.Soit 3,3% chez les hommes et 3,4%chez les femmes.

L’etude realisee  dans la periode du 17 au 10 aout 2018 indique que:”cette prevalence est  inferieure a celle obtenue lors de la derniere etude de 2011 dans les Forces de Defense qui donnaient une prevalence globale de 6,0%(5,9% chez les hommes et 6,4% chez les femmes) et similaire a celle de la population generale en 2018″.

Les resultats de cette etude indiquent par ailleurs que:”La distribution de la prevalence du VIH selon le grade montre en 2018:2,4% de militaires du rang;4,6% des sous-officiers et 2,6% des officiers”.

Quoique le secteur Defense n’a pu identifier a ce jour que la moitie de ses personnels infectes,la quasitotalite(environ 90%)de ceux qui sont diagnistiques ont ete mis sous un traitement antiretroviral efficace,et la multiplication du virus a ete supprimee chez pres de 90% d’entre eux,repondant ainsi aux objectifs nationaux et internationaux de lutte contre le Vih.

Pour le Directeur de la Sante Militaire:”Cette etude avait une corellation avec la syphilis.Mais,il faut savoir que la syphilis n’est pas un probleme de sante publique chez nous.Ces donnees montrent la necessite pour le Commandement d’intensifier les efforts sur le depistage des personnels des Forces de Defense “.

La mise en oeuvre de l’etude a ete faite par la Direction de la Sante Militaire du Ministere de la Defense du Cameroun avec l’appui technique de son infatigable partenaire METABIOTA Cameroun et du Comite National de Lutte contre le Sida au Ministere de la Sante Publique; grace au financement de PEPFAR a travers la Division de Prevention du VIH/Sida du Departement de la Defense Americain(DHAPP).

“L’objectif de cette etude etait d’estimer la prevalence du VIH et de la Syphilis au sein des Forces de Defense du Cameroun ; d’evaluer les connaissances ,attitudes et pratiques des Forces de Defense a l’egard des infections sexuellement transmissibles et du VIH, et identifier les facteurs de risque comportementaux d’intervention”; a rappele le Colonel-medecin Ambroise Emmanuel Mama ,Directeur de la Sante Militaire./.

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here