Les chefs traditionnels se sont rendus compte que depuis que le Cameroun traverse des moments difficiles, ils ne s’étaient pas encore prononcés:”Vous savez, le Cameroun est un et indivisible. Nous, en tant que messagers garants de nos us et coutumes, nous avons donc décidé de parler à nos enfants de l’arrière-pays, de se ressaisir et de savoir que le Cameroun nous appartient à nous tous”;a indiqué Sa Majesté Gabriel Sylvain ESSOA ETOGA, chef supérieur de Batchenga, par ailleurs coordonnateur Afrique Centrale du Conseil Panafricain des Autorités Traditionnelles et Coutumières (CPATC), initiateur de la rencontre.
Au terme donc du conclave, les chefs traditionnels,s’exprimant sur les menaces à la paix et les violences exercées sur les hommes et les biens, ont entériné la proposition du CPATC, de lancer un appel à la paix dit “appel de Batchenga”, à toutes les parties prenantes aux diverses crises et conflits armés qui minent le Cameroun et selon les rites et spiritualité de chacune des quatre aires culturelles du pays.
Quant à la crise socio-politique que traverse le pays de Paul BIYA, les chefs traditionnels reconnaissent que les hommes politiques ont vocation à conquérir , voire à conserver le pouvoir.
Ces autorités traditionnelles et coutumières ont donc demandé à la communauté internationale occidentale de s’abstenir de toute ingérence,tant que les voies internes notamment coutumières de résolution des conflits ne sont pas épuisés.Et ces dernières se sont engagées fermement à jouer pleinement leur rôle de gardiennes des traditions, de pères et protecteurs de toutes les filles et de tous les fils du Cameroun,afin que le dialogue soit renoué et renforcé entre tous les acteurs. Mais surtout que le calme, la sérénité, la paix véritable et le vivre ensemble soient effectifs au Cameroun.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here