C’est un homme jovial et très détendu que nous rencontrons au Ministère Va et Raconte  au quartier Tropicana  à Yaoundé.Il porte beau.Il a le verbe facile.Son secrétariat ne désemplit pas depuis trois semaines qu’il est rentré au Cameroun.Au terme de mille et une tribulations,nous réussissons à obtenir une audience de trente minutes sous haute surveillance de son cabinet.Au premier contact,Dr Tsala Essomba donne le ton :« Je me sens bien.Vous savez,quand on annonce la mort de quelqu’un,ça veut dire c’est un prolongement de ma vie.On a encore ajouté ma vie de plusieurs dizaines d’années.Je ne suis pas donc mort.Je suis en très bon état de santé.Je suis rentré dans mon pays étant en très bon état de santé.Il est bien vrai que j’ai eu des petits soucis de santé.C’est pour cela que je suis parti effectivement du pays .Je suis aussi parti parce que je porte une mission. Dieu m’a dit:va et raconte  ce que j’ai fait pour toi.ça veut dire que je ne reste pas surplace ».

En décidant de revenir au Cameroun en 2005,Dr Tsala Essomba dit avoir  reçu du Seigneur la mission en 1992 : « A ce moment,on ne me connaissait pas au Cameroun.Mais je faisais l’œuvre de Dieu à l’extérieur.ça m’étonne à ce que,à chaque fois que je bouge au Cameroun,on dit que je suis mort,il ne reviendra plus,il est recherché,des histoires qu’on invente et qu’on tisse de bouts de fil.Pour moi,je sais que c’est le diable qui est derrière ces informations ».

La longue période d’absence du Dr Tsala Essomba a dispersé les fidèles du Ministère Va et Raconte. L’homme est venu raviver la foi de ses fidèles : « Quoi qu’on dise,le Cameroun est dans mes veines.Et quand il y a les problèmes au Cameroun, non seulement pour mes fidèles,mais  aussi et surtout ce qui se passe dans l’ensemble du pays,quand je reviens,je suis fier de les rencontrer.Je suis heureux de rencontrer chacun.J’ai retrouvé mon Ministère Va et raconte  avec quelques brebis galeuses.Il y a des gens qui partent mais comme je suis revenu,tout le monde revient.C’est pas que l’église ne vivait pas.L’église vivait parfaitement.Mais à la différence que lorsque je suis là,la foi chrétienne devient plus dynamique chez les ouailles. Quand je suis là,le Seigneur fait son travail.Les brebis sont entrain de revenir ».

Face aux multiples crises socio-politique qui secouent le Cameroun dans le grand nord,le Nord Ouest et Sud-Ouest,Dr Tsala Essomba rappelle qu’ : « avant mon voyage,dans les années 2009-2010,j’avais lancé un programme mensuel de prières pour le pays et pour les autorités.Ce programme se déroulait au Palais des Sports.Le message était celui-ci :il faudrait prier pour les autorités pour qu’ils aient la sagesse.Dans le pays,comme l’église,dans nos familles…nous devons prier pour nos supérieurs,nos autorités parce que c’est eux les décideurs.Aujourd’hui,si on parle de détournements de fonds publics au Cameroun,c’est parce que ces gens ne sont pas des convertis.Ils n’ont pas la crainte de Dieu.Imaginez qu’en sept ans,qu’on a pu réussir à détourner selon les dernières statistiques avant mon départ pour la France,plus de 7000 milliards de francs cfa.C’est pas normal !Pourquoi ceux-là le font ?Simplement parce qu’ils ne sont pas convertis.Ils faut que les autorités camerounaises soient les enfants de Dieu.Qu’ils aient la crainte de Dieu.Il faut que les autorités gèrent la chose publique avec la crainte de Dieu au bénéfice des camerounais.Car,le camerounais doit manger à sa faim,il doit rouler carrosse sur une route normale,doit boire de l’eau potable,doit se soigner convenablement.Et c’est pour cela qu’on doit prier pour les autorités ».

Pour le programme de prières à l’intention des autorités camerounaises qu’il avait initié et mis en exécution,Tsala Essomba dit avoir : « …dépensé beaucoup d’argent ». Selon lui,le résultat de son programme de prière abouti à la tenue des élections de 2011 qui « ont été dirigées

Dr Tsala Essomba:”Je souhaite rencontrer le Chef de l’Etat ,lui faire des propositions que je ne peux pas devoiler ici sur la place publique“.

par Dieu parce qu’on avait fait un travail éloquent.En 2012,j’ai demandé à tous les camerounais avant de quitter le pays, de beaucoup prier parce qu’il y a des événements douloureux qui arrivent.Avec mon Ministère,moi j’ai payé le prix  parce qu’une seule mobilisation mensuelle au palais des sports nous coutait plus de quinze millions de francs cfa.Nous avons fait plus d’une demi-dizaine de veillées de prières.J’ai informé le chef de l’Etat et toutes les autorités des charges qui pesaient sur nous.Car,c’est pas seulement mes fidèles et moi qui vivons au Cameroun .Dieu m’avait montré une vision à l’époque :que le sang devait couler au Cameroun.On n’a pas pris çà au sérieux.Les gens m’ont insulté comme dans leur habitude.Quand les problèmes de santé sont arrivés,moi je suis parti pour mes soins et aussi pour l’œuvre de Dieu.En 2013,j’ai commencé à entendre les bruits.Le sang à commencé à couler de part et d’autre du triangle national.J’ai entendu que chez mes frères du Nord-Ouest et Sud-Ouest,c’est très grave labas.J’ai dit,c’est mon peuple,alors il faut revenir et lancer un autre programme avec les médias,on peut tout toucher.On peut toucher plusieurs cœur et les convertir comme ce qui s’est passé au Tchad où à travers les médias,le Président Idriss Deby du Tchad a convaincu ses patriotes exilés à rentrer chez eux sans crainte.Je suis venu prêcher pourque le Cameroun ait la paix.Pourque les camerounais puissent vivre dans l’unité,la paix et la concorde ».

Tsala Essomba estime que:«le problème du Cameroun est d’abord spirituel.Le chef de l’Etat ne peut pas régler les crises politiquement parlant.Il faut que le président Paul Biya soit soutenu par les hommes de Dieu et le gouvernement.Malheureusement,à l’heure actuel,beaucoup d’hommes de Dieu ont déjà choisi les camps.C’est ce qui divise dont le Cameroun.Moi je n’ai pas de camp,je suis camerounais.Ceux qui sont dans la rébellion sont les miens.Le camp du chef de l’État,c’est moi également.Même Dieu n’est pas divisé.Dieu veut que nous nous soumettons à nos autorités.Et lorsqu’on est soumis aux autorités,on ne prend pas les armes.On règle les problèmes de manière pacifique.A l’heure actuel,c’est un homme spirituel qui peut régler le problème du Cameroun.Il n’y a que la prière.Car,la bible dit : « que la prière est capable de détruire les forteresses et de renverser les raisonnements ».

Dr Tsala Essomba demande au chef de l’État Paul Biya de mettre les médias à disposition pour communiquer,donner les conseils et enseigner aussi à ceux qui se sont rebellés.Car, selon l’homme de Dieu : « ils se rebellent dans l’ignorance.Voyez :quand une femme ne prie pas pour son mari,le foyer est en danger.De même que quand les enfants ne prie pas pour leurs parents ou les citoyens ne prient pas pour leurs autorités,c’est la débandade, c’est le désordre.Un peuple qui ne prie pas pour les autorités,c’est le désordre qui nait et par la suite,c’est le peuple qui sera écrasé.Notre travail c’est de prier pour les autorités qu’on arrive pas aux armes.Les autorités à leur tour doivent faire qu’il y ait la paix dans le pays,qu’il y ait la nourriture pour tous,qu’il y ait le développement ».

Le fondateur du Ministère Va et Raconte dit rester dans le spirituel et c’est à çà qu’il a été appelé pour apporter des solutions au Chef de l’Etat : « Ne l’oublions pas ,c’est Dieu seul qui a établi le chef de l’Etat et il est le seul à l’enlever.Dieu a la capacité d’enlever le gouvernement.Nous ne devons pas prendre les armes pour se détruire ».

A la question de savoir comment l’homme de Dieu compte opérer pour résoudre concrètement la crise anglophone,Dr Tsala Essomba pense que : « Nous allons commencé au palais des sports de Yaoundé.Nous avons un programme élargi qui va toucher toutes les régions du pays.Je suis prêt à rencontrer toutes les parties prenantes à la crise dite anglophone;car je ne veux pas que notre pays soit divisé.Je vais commencer par rencontrer toutes ces personnes par le canal des médias,ensuite,physiquement.Il faut réellement le dialogue.Le dialogue est un passage obligé pour la résolution de la crise actuelle.Il faut apaiser pour qu’il n’y ait pas de soulèvements.Mais,il faut d’abord déposer les armes.Car,on ne peut pas dialoguer avec une personne qui porte une arme.Je souhaite rencontrer le Chef de l’Etat ,lui faire des propositions que je ne peux pas dévoiler ici sur la place publique.Mais,je dis tout simplement que je suis un camerounais qui veut la paix.S’il faut dialoguer,que les deux parties s’asseyent sur la mime table.Mais,il faut d’abord faire taire les armes.N’oublions pas qu’il y a un gouvernement central.Le chef de l’Etat actuel est soucieux de ce pays.C’est un mendiant de la paix.Il faut prier pour lui pour que le Cameroun soit aussi en paix et puisse se développer ».

Entend que guide moral et spirituel,Dr Tsala Essomba s’insurge contre les dérives langagières qui ont mis sur la place publique des termes « Sardinards et Tontinards » : « Mon sentiment est armer par rapport à cela.Je sais ce qui attend les responsables de ces attaques.Le Cameroun est divisé aujourd’hui parce qu’il y a ceux qui veulent prendre le pouvoir et ceux qui veulent conserver ce pouvoir.Tontinards et Sardinards ,c’est un language ordurier,satanique,démoniaque.Nous sommes tous camerounais.Nous avons les mêmes alliances de sang.Je suis le père de tous les camerounais.Je ne peux pas choisir un camp là où je suis.La politique ne doit pas nous diviser.Quand le camerounais prend sur lui la responsabilité de détruire son ambassade,je pense qu’il y a quelque chose qui ne va pas.Quelle image de notre pays  voulons-nous projeter hors des frontières du  Cameroun ?Ceux qui regardent ces images du Cameroun nous insultent et ne veulent plus mettre leur pieds au Cameroun considéré comme un terroir de l’insécurité dans tous les domaines.C’est pas normal pour l’avenir de nos enfants.Les actes qu’on posent aujourd’hui vont suivre nos enfants plus tard.Faisons donc très attention à notre manière d’être et de réagir.Tout ceci n’honore pas notre cher Cameroun.Protégeons notre héritage,protégeons l’héritage de nos enfants ».

Dr Tsala Essomba est-il fini ? La question brule les lèvres de plusieurs observateurs.Mais,pour l’homme d’église: « Dieu ne change pas.Il est le même hier,aujourd’hui et éternellement.Depuis mon retour il y a quelques semaines,mon église revit de plus en plus.D’ici quelques semaines,je reprends mon bâton de pèlerinage sur les médias.Je sais que le même Dieu qui m’a utilisé hier,il va m’utiliser aujourd’hui et éternellement.Vous savez,l’homme ne change pas.C’est le même esprit.Nous ne sommes que des instruments qu’il utilise sur le terrain.Mais,c’est le seigneur qui fait son travail.C’est lui qui a la puissance sur tout.Je suis venu et je me suis engagé à travailler pour mon pays,pour le Ministère Va et Raconte ».

Avant de prendre congé de lui,Tsala Essomba estime qu’il y a au Cameroun: « une discrimination au niveau des religions.On accepte facile la religion catholique qui s’oppose même ailleurs aux autorités locales.Actuellement,il y a beaucoup de d’évêques,prêtres,cardinaux…qui s’opposent aux autorités locales,au régime en place.Mais,ceux là sont ovationnés,subventionnés même.Mais,ceux qui travaillent réellement pour l’autorité qui est un principe biblique ne sont pas valorisés par le régime.Au Cameroun,les églises de réveil ont des millions des adeptes,des millions de chrétiens.Les concessions telles que l’islam,les protestants,les catholiques sont subventionnés alors que les églises de réveil sont rejetées sous prétexte qu’il y a du désordre.J’ai pris des engagements pour restaurer l’ordre dans les églises de réveil.Je suis entrain de monter un dossier que je soumettrais dans quelques jours au chef de l’État.Il faut qu’on puisse définir les critères d’appel et le fonctionnement pour minimiser l’existence des brebis galeuses dans la bergerie qui s’infiltrent et puis apportent du discrédit Nous voulons que l’église du Christ soit reconnue sur le plan national et que nous ayons aussi un mot à dire.Que nous fassions aussi parti des corps constitués et que nous bénéficions aussi des subventions comme les autres.Qui ignore que le Président Paul Biya est la bête noire des autorités de l’église catholique ?J’appelle le président Paul Biya à voir de prêt la situation des églises de réveil qui font un travail remarquable à nous soutenir.Il faut que le Président Biya ait un conseiller spécial venant des églises de réveil.Car,nous avons plus de cinq millions de convertis au Cameroun.C’est aussi l’électorat pour les candidats.On ne doit pas nous négliger de cette façon.Au camerounais,nous voulons la paix.Qu’ils viennent se joindre à nous le 17 mai 2019 au Palais des Sports de Yaoundé où nous allons prier pour la paix à partir de 18heures ».

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here