Les Scoops d’Afrique : Monseigneur, vous sortez de la paroisse Notre Dame du Rosaire d’AKON-Sangmelima où vous avez célébré une messe de collecte de fonds pour la construction de la Cathédrale du Diocèse de Sangmelima. Comment les choses ce sont passées ?

Monseigneur Christophe Zoa : Oui, nous avons collecté à peu près trois millions de francs

Au cours de la messe de collecte de fonds à la paroisse Notre Dame du Rosaire d’AKON-Sangmelima

cfa et nous disons merci et je ne peux donc être aussi que reconnaissant et bien sûr satisfait parce que chaque contribution que nous percevons maintenant nous aide à avancer dans les finitions.

 

 

Avant cette messe de collecte, quel était l’état de vos caisses et à quoi les sommes collectées vont servir?

 Je puis vous dire qu’au moment où nous commencions la messe, nous n’avions plus rien dans nos réserves. L’argent collecté  nous permettra de faire avancer les choses. Sur place, vous trouverez quand même qu’à Monavebé où se trouve la cathédrale, nous avons commencé la peinture dans la cathédrale. Nous sommes aussi entrain de poursuivre les finitions du presbytère. La pose de la tôle est terminée. Il reste quelques finitions. Nous avons déjà financé beaucoup de choses qui n’apparaissent pas encore. Par exemple, tout ce qui est lié à la fermeture des ouvertures. C’est-à-dire les fenêtres et leur conditionnement sont déjà payés. Mais nous avons  besoin de travailler le plancher. Donc, cet argent vient vraiment à point ; trois millions de francs cfa ce n’est pas beaucoup par rapport aux besoins, mais ce n’est pas rien non plus. On est plutôt content parce que ça nous évite l’arrêt total. Nous avons encore quelques jours environs. Et nous tenons encore à appeler les fidèles sur leur devoir, surtout des fidèles qui seront bien sur sollicité par nous. Nous aurons encore à recevoir d’eux  un complément pour pouvoir avancer et mettre tout au point. Évidement, c’est une cathédrale comme vous savez, tout sera toujours relatif. Il restera toujours quelque chose. On aura certainement des besoins mais, ça ne devrait plus être les besoins de fonds, car, l’essentiel devrait être là.

Monseigneur, lorsque vous parler d’une sommes de trois millions de francs cfa collectés au cours d’une messe. Combien faut-il encore pour achever les travaux de la cathédrale de Sangmelima ?

Je voudrais prendre globalement ce qui reste pour le projet. Disons que nous avons toujours

Mgr Christophe Zoa avec Nestor Nga Etoga(envoyé spécial de l’Agence Digitale d’Informations Africaines à Sangmelima)

grand besoin des vitros et mosaïques qui nous tiennent vraiment à cœur. Car, nous ne voudrions pas abandonner le projet avec ce complément. Nous avons conçu le projet pour qu’il ait de bons vitros à base du cristal, pour que, après 2000 ans, qu’on ait toujours la structure dans son entièreté. Alors, nous aurons toujours besoin de ces vitros même après l’inauguration. On ne vat pas pouvoir avoir ce complément avant l’inauguration. Nous avons besoin de 190 millions de francs cfa pour l’achat de ces vitros. Il en fallait 325 millions. On a pu faire l’effort entre temps, pour placer les premiers éléments, et dans la note, il fallait aussi les cloches. On a pu les avoir et d’autres effets comme des grandes statures pour l’église. Je continue à demander l’argent tant que je ne l’ai pas eu. Et pour des besoins mineurs, s’il faut le dire, qui sont relatifs aux finitions, jusqu’au 27 avril, il faut dire que nos besoins tournent

Vue de la nouvelle cathédrale de Sangmelima-Photo:LSA-Nestor Nga Etoga

autour de 20 millions encore. C’est à dire qu’il faut les appareils pour les sanitaires, nous avons déjà construis des bâtiments pour les sanitaires, la structure bâtiment. Nous avons aussi besoin de prendre encore des pots de peinture. Nous avons besoin d’acheter quelques carreaux, pour combler certains espaces, au niveau de la Mezzanine, à l’entrée de la cathédrale et aussi le presbytère qui va avec la cathédrale, il y a également les fleurs pour des espaces que nous avons aménagé. Donc, il faut dire qu’avec 20 millions de francs cfa, nous sommes vraiment au top pour des besoins mineurs. A cours terme, si on pouvait dire, des vitros sont très importants et leur absence peut retarder.les travaux et nécessitent 190 millions de francs cfa.

Monseigneur, à vous écouter, on se perd dans les chiffres. On avoisine presque le milliard de francs cfa  pour l’ensemble des travaux ?

Sourire.il faudrait doubler cette somme. Vous voyez, Monseigneur Bayemi vous parlait du

Le presbytère est prêt

programme d’Obala. Il n’est pas excessif, il parle de trois milliards et demi. On vous dit que la basilique à Mvolyé a couté beaucoup d’argent et qu’elle reste encore endetter d’une somme de trois milliards cent millions de francs cfa, sans compter tout ce qui s’est dévoilé autour. C’est dire que les structures de ce genre coutent énormément chère. Alors, nous avons déjà fait plus de deux milliards cinquante millions de francs cfa.Nous pensons qu’avec ce qui reste, nous irons autour de deux milliards quatre cent millions de francs cfa. On aura d’ailleurs besoin de bien puisque cela.

N’avez-vous pas reçu quelques dons  en nature ?

Nous avons des dons qui nous ont été faits en nature tels le marbre que Madame Essame, député du Dja-et-lobo nous a accordé. C’est un don d’une très grande valeur. Le don en marbre qui couvre toute l’intérieur de la cathédrale, toute la mezzanine au dessus de la sacristie et qui était estimé à 3500 mètres carrés. Il y a aussi d’autres dons que les amis nous ont donnés équivalent à deux milliards cinq cent millions de francs cfa. Grâce à la bonne gestion que j’ai essayé d’apporter là, c’est-à-dire, tout ce qu’on pouvait donner ne pouvait qu’être orienté sur le projet. Si j’avais opté pour l’entreprise, on serait à plus de cinq milliards francs cfa. Monseigneur Sosthène Bayemi avait raison de me demander un jour : « Christophe, quand je regarde  le plan de ta cathédrale, c’est plus caustique, plus grande que la mienne, mais, tu es plus en dessous que nous en terme de coûts».Je lui ai dit que c’est parce qu’il fait en

Mgr Zoa dans la nouvelle cathédrale

entreprise. Moi, je fais en système de tâcheron. Moi-même je veille sur le compte à la banque, je m’implique dans l’achat du matériel, c’est moi le caissier après que  les comptables et autres aient repérés les sommes et c’est comme çà qu’on agit. Je suis  en contact avec les fournisseurs  de manière à ce qu’il n’y ait pas d’excès. Il faut dire que pour le cas de Sangmelima, nous utilisons le matériel venant de Yaoundé, tout le sable que nous utilisons vient d’Ebebda. Alors, dites-vous que la valeur du camion de

Notre envoyé spécial devant un monument à la cathédrale de Sangmelima

sable ici revient à 400 mille francs cfa, car, rien que le transport c’est 220 000 Fcfa. Et le sac de ciment à yaoundé, vendu à 4500 est majoré de 700 fcfa à Sangmelima. ça fait qu’au final, on peut finalement se retrouver à cinq milliards de francs cfa. Mais, nous on réussi avec toutes les rigueurs, à consolider les couts à deux milliards quatre cent millions de francs cfa. D’ici là, on va ajouter quelque chose. Le jour de l’inauguration, on annoncera au public, ce que nous avons dépensé par rapport au niveau des travaux. Les fidèles ont droit à la vérité pour l’argent qu’ils donnent pour pouvoir réaliser cette œuvre qui est d’ailleurs la leur.

Monseigneur, vous annoncez l’inauguration de la cathédrale de Sangmelima pour le 27 avril 2019.Qui sont les invités de marque à cette cérémonie ?

Dans tout ce qui a été fait jusqu’ici, il n’y a pas que les catholiques qui ont participé. Bien au

“Nous n’avons que la volonté, la vision, l’audace”.

contraire, c’est tout le monde. Le jour de l’inauguration, nous aurons la présence de l’ambassadeur de France, d’Italie, d’Espagne, de Belgique et nous avons aussi invité l’ambassadeur d’Allemagne parce que  nous avons pu bénéficier du soutien de ce pays. Nous sommes très reconnaissants envers toutes ces personnes qui nous aident. Nous n’avons que la volonté, la vision, l’audace. Mais, les moyens sont venus de ces différents contributeurs.

Monseigneur, à quelques jours de l’inauguration de cette cathédrale, quel est le niveau d’avancement des travaux ?

En fait, le presbytère sera prêt trois jours avant le 27 avril

Mgr Christophe Zoa et Nestor Nga Etoga dans un entretien à bâtons rompus

2019.L’électricité et la plomberie sont terminées. Le parking à trois paliers est aussi prêt. La cathédrale est construite sur une superficie de 3500 mètres carrés. L’évêché avait acquis un lopin de terre de sept hectares. Les investissements couvrent une superficie de trois hectares. Les parvis occupent 7600mètres carrés. Les travaux de construction de la cathédrale  lancés le 10 avril 2010 vont atteindre un taux de pourcentage en terme de réalisation de 80°/° au 27 avril 2019.Voilà de manière résumé, ce que nous pouvons retenir.

Merci Monseigneur pour l’accueil que vous avez réservé à l’Agence Digitale d’Informations Africaines.

C’est moi qui vous remercie d’avoir fait le déplacement de Sangmelima pour venir à notre rencontre. Que Dieu vous protège et vous bénisse !

Amen !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here