Dans  un rapport du Fonds monétaire international (FMI), publié ce mois de mars 2019, « la Beac, en étroite collaboration avec la France, élabore un projet d’amendement de ses statuts afin d’apporter de meilleurs mécanismes d’intervention en cas de détérioration des positions extérieures ». La Banque centrale prévoit de soumettre ce projet d’amendement à l’approbation de son conseil d’administration dans les mois à venir, après consultation avec les services du FMI.L’amendement envisagé prévoit notamment de plus fortes décotes sur les titres d’Etat utilisés en garanties des opérations monétaires ou pour réduire le refinancement par la Beac lorsque les réserves tombent en deçà de seuils spécifiques, aux niveaux national et régional.Le FMI note que la Beac a considérablement avancé dans la modernisation du cadre opérationnel de sa politique monétaire : elle a mis en place depuis juin 2018 un nouveau système de gestion de la liquidité, qui repose sur des projections des facteurs autonomes et des appels d’offres concurrentiels à taux multiples.La Beac utilise désormais pour ses opérations monétaires, le nouveau cadre de garanties des titres d’Etat, avec décotes progressives pour les risques de marché, de crédit, et autres risques particuliers, de façon à mieux tenir compte des différences entre les risques souverains des pays de la Cemac.

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here