Avec AA / Kinshasa / Pascal Mulegwa

Ces miliciens du groupe armé Union des patriotes pour la libération du Congo (UPLC) ont été tués jeudi à Mapuka et Kalingati, deux villages situés à l’est de la ville de Beni, province du Nord-Kivu, a indiqué lors d’un point de presse samedi à Beni, le major Mak Hazukay, porte-parole de l’armée dans la région.

Parmi les deux soldats tués, figure un officier, a ajouté Hazukay annonçant la récupération de plusieurs effets militaires des rebelles.

“Dans l’un de ces campements nous avons retrouvé la liste nominative du deuxième bataillon d’un groupe armé dénommé UPLC”, a-t-il renchéri.

Créé en 2018, selon la société civile, l’UPLC s’ajoute à la centaine de groupes armés qui sévissent dans l’est de la RDC, région déchirée par des conflits armés depuis plus de 20 ans.

Trois Casques bleus de la mission de l’ONU en RDC (Monusco) ont été enlevés le 23 janvier dernier par cette milice avant d’être relâchés grâce à la pression de l’armée.

Selon l’armée, l’activisme des milices congolaises à Beni complique la traque des rebelles ougandais des forces démocratiques alliés (ADF).

Retranchés dans la région depuis 1995, ils sont accusés d’avoir tué un millier de congolais, des soldats et une vingtaine de casques bleus de l’ONU depuis le début d’une vague de massacres en 2014.

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here