« Nous n’allons pas vers des élections crédibles, mais plutôt vers un transfert de pouvoir au sein du Front commun pour le Congo (FCC) et nous sommes juste invités comme spectateurs. En d’autres mots, c’est un coup d’État technique que le FCC veut faire », a-t-il expliqué.

Le candidat à la Présidentielle faisait allusion à l’exclusion des candidats l’un après l’autre (Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba) pour des motifs différents afin de laisser la voie libre au candidat du FCC.

A ce propos, Shekomba a souligné que : « Cette façon d’agir enlève toute noblesse au désistement du Président Kabila à briguer un troisième mandat ».

Il a par ailleurs appelé la commission électorale à garantir l’égalité des chances de tous les candidats, quelle que soit leur couleur.

La Ceni « doit garder son indépendance et garantir l’égalité des chances à tous les candidats, en faisant respecter la loi électorale, quelle que soit la couleur politique des candidats», a-t-il insisté.

Cette déclaration d’Alain Daniel Shekomba, intervient au lendemain du rejet par la Cour constitutionnelle d’un recours déposé par Jean-Pierre Bemba suite au refus de son dossier à l’élection présidentielle du 23 décembre par la Ceni, pour des causes judiciaires.

Jean-Pierre Bemba est, en effet, poursuivi par la cour pénale internationale dans une affaire de subordination de témoins, synonyme de corruption et dont le verdict final n’est pas encore prononcé.

Pour rappel, la Ceni avait rejeté, le 24 août dernier, six dossiers des 25 candidatures à la prochaine présidentielle. La liste définitive des candidats devrait être communiquée le 18 septembre selon le calendrier électoral.

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here