Mercredi, lors de la répression d’une manifestation de l’opposition, au moins six personnes avaient été tuées à Harare.

« L’élection a été frauduleuse, illégale, illégitime (…). Nous avons gagné cette élection. Nous sommes prêts à former un gouvernement », a-t-il lancé vendredi, accusant Emmerson Mnangagwa d’avoir « truqué » l’élection. « Nous allons utiliser tous les moyens » pacifiques pour contester l’élection, a-t-il ajouté, demandant notamment l’aide de la communauté internationale.


Son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a annoncé qu’il allait saisir la justice.

Après l’annonce de son élection, Emmerson Mnangagwa, 75 ans, a salué « un nouveau départ », appelant à l’unité pour « construire » un nouveau Zimbabwe pour tous ».

L’ancien bras droit de Robert Mugabe a confirmé dans les urnes son emprise sur le pays après son accès au pouvoir en novembre à la suite d’un coup de force de l’armée, qui avait mis fin aux 37 années au pouvoir du camarade « Bob ».

Emmerson Mnangagwa pourra en outre compter sur une majorité absolue à l’assemblée nationale: la Zanu-PF, au pouvoir depuis 1980, a remporté une victoire écrasante aux législatives organisées lundi en même temps que la présidentielle, en décrochant 144 des 210 sièges.

Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here